Mes amies les hormones (haha).

C’est ainsi que démarre mon nouvel article sur les joies de la grossesse Part I, j’ai nommé : le premier trimestre !

Si tu as passé ce cap et que tu as eu pour simple désagrément « un petit tiraillement dans le ventre, hihihi », passe ton chemin. Si en revanche tu te demandes si tu n’es pas en train de faire une énorme erreur, que tu as envie de pousser très fort pour expulser la source de tes maux, n’hésite pas, cet article est fait pour toi !

Passée la frustration de ne pas pouvoir boire d’alcool (adieu apéros d’été, bière bien fraîche, merci la grenadine en terrasse, enfin, quand tu arriveras à nindex7ouveau à sortir de chez toi…), de ne pas pouvoir manger tout ce que tu souhaites (charcuterie, fromage au lait cru –ma passion-, poisson cru et j’en passe) et de suspecter tout légume cru d’être mal lavé… tu galères. De toute façon, en fait, concrètement, tu n’as aucun appétit, la moindre odeur des choses que tu aimais tant te retourne l’estomac, et tu manges simplement très régulièrement pour « tapisser » ton estomac et éviter les crampes qui te donnent envie de vomir. Résultat : -2kg à la 7ème semaine (réjouissance d’amatrice, il paraît que tu reprends tout après). Heureusement, personnellement, j’ai eu la chance de ne pas vomir. Ça me fait mal, mais au moins ça reste dedans (jusque là en fait, parce que j’ai commencé cet article il y a presque 3 semaines et que depuis on adore vomir de la bile !)

Bon, ces troubles digestifs, ça passe encore.

Je ne te parlerai pas de la chute de cheveux excessive (je donne d’ailleurs dans le commerce de peau de bêtes depuis quelques semaines), de la peau des jambes extrêmement sèche (je fais aussi dans le sac en croco), et des « tiraillements dans le bas du ventre hihi », qui se tend lui aussi et qui repousse gentiment tout bouton de jean que tu souhaiterais fermer. Sans compter cette merveilleuse peau d’adolescente qui revient en force alors que tu aurais préféré qu’elle reste cloîtrée au début des années 2000.

Le pire actuellement (pour moi, car chaque grossesse est bien différente), et qui m’a valu un bel arrêt de 15 jours (qui a en réalité été prolongé d’un mois, merci la CPAM, merci la indeFrance !), c’est la baisse de tension et les malaises. La fatigue en somme. Couplée à la chaleur, je dois insister sur le fait que je déguste sa mère. Incapable de mener la moindre action de plus de 8 min debout sinon j’ai la sensation que l’oxygène monte pas jusqu’au cerveau et je dois m’allonger illico pour pas tomber dans les vapes. Très très sympa au quotidien en fait, que d’errer du lit au canapé, aux toilettes (ah oui, j’oubliais l’utérus qui n’y va pas de main morte avec ta vessie), au frigo (toutes les 3h rappelle toi, astuce anti-nausée). Donc en fait, j’ai comaté environ 3 semaines, littéralement. Netflix est devenu mon meilleur ami, je n’ai jamais autant fréquenté les différents forums Doctissimo et Aufeminin, et j’essaie de me convaincre toute la journée que « t’inquiète pas, c’est passager, le 2ème trimestre en général ça va mieux ». Comment te dire que :

1/ A l’époque où j’écrivais ces lignes, ça faisait 10 jours que c’était comme ça et que donc si mes hormones étaient bien en phase, il me restait encore 5 semaines de mort lente et douloureuse ! Plus que 2 semaines aujourd’hui, yesss !

2/ Comment ça « en général » ??? C’est pas sûr que ça aille mieux après ??

Rappelons à notre cher lecteur que j’en attends 2:  2 bébés à fabriquer de A à Z dans mon ventre, ce qui demande sans doute beaucoup de repos et qui me mobilise index10peut-être davantage que s’il n’ y en avait qu’un. Et puis, double bébé, double hormones, sinon c’est pas drôle! Alors, forcément alitée toute la journée, tu as le temps de te poser 1000 questions, de tourner le problème dans tous les sens et de déprimer un peu… Mais malgré tout ces « petits » maux de grossesse, je pense que je les aime déjà ces petits bouts, et je croise les doigts pour qu’ils soient tous les deux en bonne santé à la prochaine écho, l’importante des 3 mois ! Et à noter à nouveau, mais j’ai un super futur papa qui me soutient profondément, parce-qu’il sait très bien que je n’y suis pas pour grand-chose et que ça passera.

Re-la-ti-vi-ser. Accepter son état. Ninhin. Voir le po-si-tif… Difficile de se réjouir d’une index8grossesse pourtant désirée quand tout ton corps a l’air de ne pas la supporter… Difficile de se concentrer sur le positif quand tu hésites entre dormir et vomir du matin au soir, et que tu ne te reconnais plus… Comme si la vie avait quitté ton corps alors qu’en fait elle n’y a jamais été aussi nombreuse (esprit mal tourné s’abstenir)! Et difficile également de ne pas culpabiliser de ne pas être cette femme enceinte épanouie que te vendent les films, livres, et autres contes moralisateurs !

Ce n’est d’ailleurs qu’à partir de la 10eme semaine de grossesse (ouais ouais au début de la semaine là) que j’ai trouvé l’énergie et la force en moi de reprendre la méditation, l’expression de la gratitude et les lentes respirations apaisantes (merci la sophrologie pour calmer les nausées !)…

En attendant, toutes les citations sur la patience ont été écrites par des hommes… Je sais maintenant pourquoi !!!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s