Plus on est de fous, plus on rit !

Un jour, tu as uriné sur une bandelette, les deux bandes se sont indexcolorées, et tu n’as pas réalisé que c’était réel. Alors, tu l’as attendu avec hâte, et ça y est, le premier rdv avec ton gynéco est enfin arrivé. Tu te demandes comment tu vas réagir en entendant les battements de cœur de ton bébé, si tu seras émue de le voir à l’écran, et tu espères que ce moment renforcera votre relation amoureuse. Et surtout, tu croises tout ce que tu peux pour que ce petit embryon s’accroche à ton utérus pendant les 3 premiers mois réglementaires : tu vas être Maman, et ce sera certainement l’un des plus grands rôles de ta vie !

Enfin, le gynécologue voit ton utérus, et pendant que tu essaies de distinguer une vague forme sur cet écran noir et blanc -qui avouons-le, à plutôt une forme de flageolet- il te pose cette question quiindex5 changera tout : « Et… vous avez des antécédents de jumeaux dans la famille ? »

Blocage, nervosité, mains moites. Tu regardes ton conjoint, tu cherches son soutien, tu n’es pas sûre d’avoir bien compris, tu hésites entre la panique et l’enthousiasme suscité par cette première rencontre avec ton bébé, que dis-je, tes bébés !

Une semaine après, tu n’acceptes toujours pas : oui, la vie c’est beau, c’est fabuleux. Deux vies, ça fait beaucoup. Et en termes de complications et de suivi médical, et en termes d’organisation à leur arrivée… Ce sont deux petits êtres identiques qui évolueront  en même temps, peut-être au même rythme, mais pas comme tu l’avais prévu, l’un après l’autre… Et pour couronner le tout, ils seront de même sexe vu que ce sont des « vrais » jumeaux, les bougres!

C’est la crainte de ne pas pouvoir gérer les doubles index3pleurs, les doubles tétés, les doubles maladies. La peur de ne pas savoir où donner de la tête, la peur d’avoir deux clones qui seront identiques physiquement, et moralement, et qui ne se distingueront pas. La peur de connaître les angoisses x 2, les interrogations x2, les doutes x2, et la fatigue x2 pour la future maman anxieuse que je suis.

Et puis pour en rajouter une couche, la veille de cette annonce, mes hormones que je trouvais bien sympas parce-qu’elles m’avaient laissée tranquille presque 5 semaines jusque là, paf, se sont réveillées :

-Envie de dormir. D’ailleurs, échographie le jeudi, arrêtée le lundi pour cause de fatigue. Quand je dis fatigue c’est pas « ah je me ferais bien une sieste ou je me coucherais bien à 20h30 ce soir ». Non, c’est plutôt, je vais rester allongée dans le canap toute la journée parce-que je suis incapable de faire autre chose, hormis 1/ faire pipi 2/ chauffer la bouffe. Avec environ 8-9 de tension en fait.

-Envie de vomir (non, pas uniquement le matin, ce serait trop simple, mais toute la journée, et puis sans jamais que ça sorte, faut pas se leurrer).

-Des bouffées de chaleurs du feu de Dieu, du genre j’ai l’impression de couver une grosse grippe à 40°C (et que c’est pas comme si dehors il faisait 33°C).

Et puis cette semaine mes copines les hormones ont décidé qu’absolument tout allait les dégoûter, de l’odeur de mon café bien aimé du matin, à l’odeur de l’appartement, aux bruits de la ville, aux émissions de tv ou aux bouquins que j’adore. Ouais, à l’heure où j’écrivais ces lignes, ça faisait une semaine que mon corps avait pris le dessus et que je comatais dans mon canap, sans but, telle une vieille loutre obèse… Mais en pire !

Mais mon homme est là, il assure grave entre la vaisselle et les repas, me dit de surtout imagespenser à nous 3, à nous reposer, qu’il voudrait prendre de mon inconfort pour me soulager… Mon homme est toujours amoureux de moi, après 7 ans ½ de relation, et deux bébés en cours de fabrication, arrivés si vite qu’on n’a pas eu le temps de dire ouf… Mon homme qui m’épaule, qui prend son mal et mon mal en patience, qui essaie de me rassurer, et qui me prouve jour après jour qu’il sera très certainement à la hauteur de la mission de Super Papa qui l’attend…

Et ça y est, voilà-t’y pas que je fonds en larmes en écrivant ces mots, et puis devant un article sur les bébés, parce-qu’enfin je me décide, sans être écœurée (enfin encore un peu), à regarder sur internet, les blogs et les forums…Double amour, doubles sourires, doubles progrès, ouais, mais bordel qu’est-ce-que ça fait peur !

Alors, je le sais, on ne sera pas des parents parfaits, mais on essaiera de faire au mieux, de faire ce qu’on peut, en s’épaulant et en se serrant les coudes, et en essayant de profiter index4de chaque instant parce-que paraît-il, ça passe tellement vite… La preuve que ça passe vite, au bout de 10 jours, c’était digéré, et on avait qu’une hâte : les revoir à la prochaine échographie, pour s’assurer qu’ils grandissent bien tous les deux ! Et avec cet heureux double événement, une toute nouvelle Oh’Reilly qui s’éveille…

Publicités

3 réflexions au sujet de « Plus on est de fous, plus on rit ! »

  1. Maman de jumeaux, c’est une expérience de dingue, et si on m’offrait la possibilité de revenir et de choisir, pour rien au monde je voudrais changer les choses….
    Surtout prennez les choses comme elles viennent et tout se passera au mieux…
    Et il faut se dire tout est fait en une seule fois, les nuits blanches, les couches, les crises d’ado…
    Surtout ne pas écouter  » mon dieu ça doit être du boulot avec deux, c’est pas l’usine? »…NON NON c’est double bonheur…. et qd papa aide ça roulera tout seul….
    Félicitations!! Et savourez chaque moment….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s