Ambition, poil au fi** ?

Et oui, avec un titre pareil, la poésie reprend toute sa place dans mes textes !

On m’a souvent dit que j’étais ambitieuse, que je n’avais peur de rien et que mes dents rayaient le parquet, sans que je comprenne vraiment pourquoi. Je ne ressentais pas en moi l’ambition que les gens me prêtaient; j’étais certes professionnellement investie etindex consciencieuse, mais je n’avais envie de voler la place de personne, ni de grimper les échelons hiérarchiques.  Lors des entretiens, quand arrivait la question fatidique (et pourrie, admettons-le) du « où vous voyez-vous dans 5 ans ? », ne pouvant décemment répondre «aucune idée, la vie est pleine de surprises», j’inventais un potentiel poste supérieur à celui auquel je postulais. Mais à vrai dire, le pouvoir m’intriguait plus pour sa prestance, pour ce qu’il reflétait en société, que pour ce qu’il était vraiment.

Alors quid de l’ambition ? Avec du recul, j’ai toujours été ambitieuse de ma vie privée, mais pas spécialement de ma vie professionnelle. Disons que j’ai toujours cherché le boulot qui m’épanouirait, et que c’est une sacrée ambition en elle-même, mais ce n’est pas l’Ambition au sens commun. Également, j’ai toujours imaginé une vie de famille épanouie et sereine, avec les amis, les proches, un quotidien chaleureux, plutôt qu’une carrière brillante aux sommets, et les responsabilités et les primes mirobolantes qui vont avec. Je suis convaincue que ça ne m’apporterait rien de plus que ce que la vie privée peut m’apporter : travailler, c’est peut-être un moyen de se réaliser, mais ne l’oublions pas, c’est avant tout un moyen de gagner sa vie… Pas très ambitieux? Pas très grave…

C’est fou, n’est-ce-pas ? On imagine tout autre chose pour quelqu’un qui a un bac+5, A goldfish jumping out of the water to escape to freedom. White background.qui a souhaité à un moment faire Sciences Po, qui s’est imaginée tantôt institutrice, journaliste, chef d’entreprise ! Mais comme je l’ai toujours dit, faire des études, oui, mais c’était pour moi plus par curiosité et sécurité que par ambition dévorante… Connaître, découvrir, apprendre, réfléchir, analyser, de façon autotélique ! Étudier, oui, mais pour le plaisir d’étudier en lui-même… L’ambition se force-t-elle contre la nature et le tempérament d’une personne? Encore faudrait-il y voir un intérêt…

Aujourd’hui, après presque 7 mois en tant qu’aide à domicile, je ne ressens pas de frustration particulière contrairement à ce que j’imaginais ressentir au début : je me contente du quotidien, jour après jour, client après client. Les beaux jours sont revenus, la garde d’enfants se transforme en balades à vélo et en ateliers d’activité manuelle pour la fête des mères et des pères; les courses avec les mamies sont des moments d’utilité et de partage, et le ménage… reste un moment de ménage (ne nous leurrons pas, tout n’est pas fabuleux !). Les week-ends sont réservés à la bronzette et aux barbecues dans le parc, aux copains et à la famille, et puis la vie suit son bonhomme de chemin, en t-shirt et short. Et puis les projets personnels avancent, les vacances approchent… Tout est plus facile au printemps et en été : moins de morosité, plus de vitalité !

Alors, l’ambition dans tout ça… Je crois que chacun la dose et la fascine à son image, selon ses besoins, son vécu, ses envies. J’ai le souvenir de ma maîtresse de CM2 qui en fin d’année, après avoir encouragé tout le monde à faire des études, à bien travailler au collège, pensait illustrer sesindex2 propos en citant « le gâchis » d’une de ses élèves, brillante, qui avait arrêté l’école à 17 ans parce-qu’elle souhaitait fonder une famille… Quand tu as 10 ans, ça peut te marquer à vie ! Mais en vrai, le véritable gâchis aurait été pour cette élève de faire des études contre son grès et de perdre son temps alors qu’elle aspirait à autre chose, d’avancer contre sa nature, juste parce-que ses capacités intellectuelles auraient pu la destiner à un brillant avenir professionnel… Mais c’est pas très grave non plus!

Mon ambition à moi est à la hauteur de mon rêve décrit dans un précédent article : fonder une famille, l’aimer, la chérir, et accéder à la simplicité et la sérénité. Mon ambition à moi, c’est le bien-être ! Et je continue de penser, très fortement, que la seule ambition que l’Homme devrait avoir, la seule carrière qu’il devrait projeter, est celle de sa propre quête du bonheur, de sérénité, et de sens, autant de buts qui lui sont propres. Être bien dans ses baskets et lové dans l’amour qu’il porte à ses proches, que ses proches lui portent et qu’il se porte à lui-même !

images.jpg

Publicités

Une réflexion au sujet de « Ambition, poil au fi** ? »

  1. j’aime bien ton analyse et ta conviction. Souvent les ambitieux sont des déçus de leur vie,(la bave du désappointement),ils regardent ce qu’ils pensent être plus haut que leur situation actuelle Ne pas écouter les commentaires de ceux qui pensent que s’ils étaient à ta place..etc etc Confirmer que tu es toi et non une projection des autres . Le bonheur , chacun a sa recette ,garde la tienne Bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s