La première bronzette de l’année.

Oui, tu as bien lu : la première bronzette de l’année, un 30 avril, à Strasbourg !

tote-bag-je-vais-faire-bronzette14h20: devant ce soleil radieux, ni une ni deux, j’enfile mes lunettes de soleil, mon chapeau de paille, remplit ma gourde et la range à côté du plaid dans mon sac en tissu. A 14h22, je cherche l’endroit idéal pour faire bronzette dans le parc en bas de chez moi. Ces 4 dernières années, nous profitions de logements avec jardin, qui permettaient alors une bronzette disons, plus spontanée. Aujourd’hui en appartement citadin, on s’adapte! Allongée sur mon plaid rouge, pieds nus, le pantalon relevé sur les mollets et les cheveux relevés en un chignon informe sous mon couvre-chef de saison, je profite des doux et chauds rayons du soleil sur ma peau.

Je ferme les yeux, me concentre sur les bruits. Différents oiseaux cui-cuitent entre eux, quelques enfants se chamaillent un vélo, d’autres disputent une partie de foot ; une dame sur un banc a une longue conversation téléphonique passionnée dans une langue que je ne comprends pas, et tout au loin, le bruit de l’autoroute. Un jardinier dindexu dimanche arrose ses plantations à l’aide d’un système d’arrosage automatique, et une discrète brise siffle légèrement dans les arbustes environnants. Le chant d’un coq d’un des jardins partagés vient ponctuer gaiement cette douce après-midi. Et puis vers 15h, les cris et les rires des enfants qui reviennent de plus belle, et les commentaires avisés de leurs parents qui scrutent chacun de leurs mouvements depuis leurs bancs.

Je me concentre désormais sur les odeurs, et je m’en mets plein les mirettes ! L’herbe fraîchement coupée tout près de moi, l’odeur de quelques saucisses grillées au barbecue à charbon, la crème solaire sur le bout de mon nez, et les pages vieillies du livre que j’ai emprunté à la bibliothèque partagée la veille, dans ce même parc.

Un frisson de liberté et de bien-être me parcourt des pieds -que l’herbe courte chatouille- chapeau-de-paille-d-été-32128620à la tête, et une sensation d’apaisement m’envahit. Je ne sais dire si j’ai dormi, peut-être ai-je seulement reposé mon corps et mon cerveau pendant ces 2h officielles de bronzette, de sieste ensoleillée,  ou de paresse sensorielle, appelle ça comme tu veux ! Hop recto, puis verso, puis recto pour tenter une vague harmonie hâlée…

En rentrant, je me suis empressée de constater les premières couleurs sur mes pommettes rosées, et une très légère trace de bretelles sur mes épaules. Et de consulter la météo du lendemain, pour savoir si l’expérience pourra être réitérée en fin de matinée… Hélas, la pluie semble s’inviter dans ce beau décor printanier toute la semaine qui vient.

Mais ce n’est que partie remise, car la saison de la bronzette est officiellement ouverte!

A vos maillots et chapeaux 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s