Mon cerveau & moi.

Ah punaise, il aura pas attendu longtemps celui-là, avant de se réveiller ! cerveauAvant de se mettre à chauffer, à turbiner, à m’incommoder… Oui, j’avoue, j’ai une relation conflictuelle avec mon cerveau. Et ça s’exprime dans tout mon corps : je suis patraque, j’ai un bourdonnement dans la tête, des sensations de vertiges et de fébrilité, des tensions au niveau de la mâchoire… Voilà, il a quelque chose à me dire, il est pas d’accord, il s’inquiète, et il m’empêche de vivre sereinement le moment. Genre des règles cérébrales quoi, tout-pourrite-pas-content.

6 semaines de repos, de vacances, loin du cerveau et de ses préoccupations envahissantes, c’était déjà pas mal. Mais v’là-t’y pas qu’il revient avec son lot de questionnements, auquel pour l’instant je ne sais pas apporter de réponses (et j’ai pas trop envie d’y réfléchir non plus, en fait). Je sais très bien que ça va passer, que je vais surmonter cet épisode désagréable, qu’à nouveau je serais apaisée et que je retrouverais un équilibre… Mais avant, faut bien que je résolve des trucs avec moi-même. Et je te le dis de suite : je sais même pas par où commencer. Etant donné que fuir n’est pas la solution (ami Lexomil, adieu), essayons l’écriture, me suis-je dit.

indexMon cerveau se dit que quand même, c’est un peu honteux d’avoir pris du temps de vacances, du temps « sabbatique », de ne pas travailler, de squatter l’appartement de sa grand-mère, et de pas rentrer d’argent (même pas le chômage, ndlr). En somme et n’y allons pas avec le dos de la fourchette, d’être une grosse branleuse hippie roots de presque 30 ans. Il aime pas ça mon cerveau, il assume pas bien. Il aime pas non plus le regard condescendant des gens à qui j’explique ma situation ; il a honte, il aimerait qu’on le perçoive autrement, il souhaiterait être plus « normal », et avoir un job qui susciterait l’admiration (oui oui toujours le même problème, le regard des autres etc, l’ascencion sociale blabla).

Peut-être que mon cerveau commence à s’ennuyer aussi, qu’il aimerait bien être davantage occupé, « normalement » dira-t-on, et qu’il aimerait que je commence à chercher un emploi (le 18 juillet je t’ai dit, attend un peu !).  Et que je sache dans quel domaine chercher évidemment. Si jusque là le choix du commerce s’imposait très largement, la dose de stress engendrée par ces métiers affole mon cerveau : il ne sera sans doute pas capable de gérer ça, il n’a pas envie de s’encombrer avec cette tension, il a peur d’échouer (évidemment, what else). Mon cerveau n’assimile pas bien que j’ai déjà surmonté plusieurs épisodes stressants, relativement régulièrement même, et se demande si c’est vraiment ce que je souhaite faire. livreAlors il ouvre d’autres portes, comme ça, au cas où, se dit que mes envies d’auto-entreprendre sont quand même importantes, que de multiples projets reviennent souvent à la charge.

Mais, là encore, il a peur. Comment on trouve un appart si on n’a pas de fiche de salaire à présenter pour une location ? En effet.  L’argent m’importe peu, je veux juste gagner simplement de quoi vivre sans survivre. Mais mon cerveau me dit aussi que mon homme, lui, a d’autres aspirations, et que l’argent a tout de même son importance dans son schéma de vie. Et mon cerveau de me traiter d’égoïste dans mon envie de simplicité alors que nous sommes un couple et que ces questions-là méritent qu’on soit raccord. Mon cerveau contre-attaque en disant que nous en avons parlé, et que monsieur est conscient de tout ça, et qu’il me soutient. Mais j’ai beau me le répéter, ça s’imprègne pas. Oh, et sinon, pourquoi tu serais pas auxiliaire de vie ? Tu t’occuperais des gens, dans leur quotidien, tu serais utile et dévouée, tu organiserais ton temps un peu comme tu veux, en fonction des missions, et tu leur apporterais une présence, et de la joie… Non, c’est vrai que j’avais pas assez le choix là, et puis pas assez d’indécision non plus, hein, pour faire germer de nouvelles idées… Mais de toute façon, mon cerveau pense que je suis trop sensible et que je ne supporterais pas ça. Et encore un tour de manège gratuit, un !

Oui tu as bien lu, c’est exactement comme si mon cerveau faisait sa vie tout seul là-haut, ignorait l’épuisement engendré par toutes les questions qu’il se pose, comme s’il ne savait même pas ce dont il avait besoin ! Et que simplement, imagesil prenait un malin plaisir à me polluer l’existence… Pourquoi le regard des autres est-il si important ? Parce-que j’ai besoin qu’il me renvoie quelque chose que je ne sais me renvoyer moi-même ? Parce-que sans son aval, on existe pour qui, pour quoi ? Mais bordel, pourrait-il comprendre que je ne suis pas ce que mon métier dit de moi ? Socialement c’est clair, on est étiquetés, et en fait, moi-même j’étiquette les gens ! Évidemment, l’intelligence c’est d’aller au-delà… Pourquoi a-t-on ce besoin de se situer intellectuellement sur une échelle sociale (enfin, quand je dis « on »…)?

Moooh, Ahhhh, Stoop !! Ce matin, j’ai d’ailleurs fait des coloriages zen pour berner l’animal… Remarque, il est quand même sympa, le fourbe, parce-qu’au moins, il me fait pas ça la nuit ! Et si mon p’tit cerveau fermait juste sa grande gueule ? Parce-que mon cœur en a marre d’être en sourdine ! Renouer avec ce qu’il chuchote et murmure, lui, et pas l’autre…Après tout, c’est aussi le but de ce blog, et l’ensemble de mon projet 2016 : Chuuut, silence, respire à fond et écoute-toi 🙂

Publicités

Une réflexion au sujet de « Mon cerveau & moi. »

  1. Ahah, je le connais bien ce cerveau… moi le mien m’empêche de dormir avec toutes ces réflexions ^^ On peut pas faire grève de cerveau ? Sérieusement, y’en a qui s’en sortent très bien sans…!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s