La liste des p’tites choses

Je vais te parler des petits bonheurs  simples de la vie : ceux qui sont partout, cachés, souvent méconnus, qu’on ne sait pas forcément apprécier mais sur lesquels il est important de s’attarder.

Ces petites choses ne coûtent rien, et elles apportent tellement ! En les relisant je m’aperçois que les miennes sont très orientées « printemps ». printempN’hésite pas à partager les tiennes, celles qui te viennent spontanément à l’esprit, celles dont la simple évocation instaure dans ton corps une sensation de gaieté paisible.  En voici 20 d’entre elles, en vrac ; tu en découvriras d’autres au fil de ce blog.

  • Le cui-cui des oiseaux le matin. Ils ont l’air heureux, ils chantent, c’est le printemps avec les beaux jours, et ça me donne le sourire. Surtout le dimanche matin, encore dans mon lit, avec la promesse d’une belle journée qui filtre par les rideaux.

  • Entendre le bourdonnement des abeilles. Ça fait un peu peur quand elles tournent autour de toi, ça fait un peu râler quand elles butinent tes merguez, mais ça sent le printemps et le retour de la vie (voir le cui-cui des oiseaux).

  • Mettre les mains dans la semoule. Au sens propre du terme, quand tu prépares la painsemoule, en y rajoutant un peu d’huile, et que tu pétris. J’aime sentir tous les petits grains de la semoule autour de mes mains. Ou pétrir une pâte à pain, élastique et moelleuse à la fois. Mais pas la pâte à crumble, qui elle colle aux doigts (et sous les ongles…)

  • Atterrir de nuit, et observer toutes les lumières de la ville. C’est pas un plaisir très écolo, mais d’abord ça veut dire 1/ que le vol est terminé (voir article précédent!), et 2/ qu’il y a plein de gens, au chaud dans leur maison, ou au resto, ou en train de rentrer du travail, et ça veut dire qu’il y a de la vie.

  • Les orages d’été (et uniquement si je suis à l’abri). orageLes gros bruyants qui déchirent le ciel, qui font l’effet d’un flash surpuissant, et la pluie qui tambourine contre le carreau et rafraichit la terre (de préférence, sous ma couette, le soir).

  • L’odeur de la terre et de l’herbe après la pluie. C’est frais, la terre a bien bu, l’orage est fini.

  • L’odeur du pain de savon. Beaucoup plus que celle du gel douche. Ça sent le propre, le naturel pas chimique, et souvent ça a une jolie couleur pastel (mmmm le savon de Marseille!)

  • L’odeur de mon shampooing. Pour enfants, à l’abricot. J’ai l’impression à chaque shampoofois que j’ouvre le capuchon et que je le fais mousser sur mes cheveux d’être dans un verger, dans la Drôme provençale. Je visualise les coquelicots, le soleil sur la peau, la légèreté, un tourbillon de gaieté. Mais aussi, les pêches, et tous les fruits d’été juteux et parfumés. En bref, quand je me lave les cheveux, c’est 3 min de smoothie capillaire.

  • Les premières caresses du soleil sur les joues, légèrement rosées, comme lors d’une après-midi en terrasse. Inutile d’expliquer pourquoi J

  • Norah Jones. J’adore sa voix, ses mélodies. En fond sonore, dans un bon bain, en prenant mon petit dej. Tout le temps, Norah Jones et sa voix radieuse qui fait entrer le soleil dans ton cœur.

  • Mamma Mia, le film. La joie de vivre incarnée, la beauté des paysages et la folie des personnages. A condition d’aimer ABBA, évidemment. Euphorisant!
  • Mettre du vernis sur mes ongles de pieds. Idem, ça sent l’été, ça les habille, ils sont heureux et beaux.
  • Le linge qui sèche au soleil. En fait c’est 10914784-Soleil-brille-sur-une-corde-linge-avec-des-v-tements-aux-couleurs-vives-sur-une-journ-e-venteuse--Banque-d'imagesça le bonheur, un linge qui sort de la machine, propre, humide, frais et parfumé. C’est le vent qui s’engouffre dans les manches et qui les défroisse, c’est le soleil qui sèche la fibre en son cœur. Un drap qui danse et virevolte, retenu par ses petites pinces à linge. C’est léger, ça chante, le linge est heureux, et c’est drôlement rassérénant (sur-utilisation du mot depuis que je le connais).

  • Le carillon d’une église, pour lequel je ne retiens que les symboles de vie (baptême, mariage). Je ne suis pas croyante, mais ce son m’est apaisant, parce-qu’il est franc, pur, et se détache souvent dans un environnement calme et serein.plus_jaime_des_chevres_carte_postale-rbaccc6f658654dcea85a4055f9082d29_vgbaq_8byvr_512
  • Le bêlement des moutons et le ding dong des cloches des vaches ou des chèvres, pâturant gaiement. Ces chèvres et ces vaches ne se posent aucune question, elles sont là et broutent leur herbe fraîche et moelleuse. Elles seront encore là demain, à gambader joyeusement dans les près. Parfois, je pense qu’on devrait tous être des chèvres.

  • Le punch. J’adore le punch. Avec les fruits, avec son côté traître qui t’emporte plus vite que n’importe quel alcool arrangé. Ça donne envie de danser, d’écouter des musiques aux sonorités latines, de se prélasser sur une plage.

  • Le rire des enfants au parc. C’est joyeux, innocent, frais et inconditionnel.

  • Les orangers. J’aime ces nuances de verts et d’oranges, j’aime ces beaux fruits mûrs illuminer le vert des feuilles. Et j’aime les oranges, juteuses, fraîches et sucrées.

  • L’odeur de la crème solaire. Blanche, transparente, collante, waterproof ou pas, cette odeur me projette sur une plage, ou dans un transat à la campagne. Enivrante, elle représente le repos, la détente, et le soleil qui doucement chauffe la peau…

  • Le printemps. Pour toutes les petites choses que je viens de décrire.

 

  • hellospring2
Publicités

4 réflexions au sujet de « La liste des p’tites choses »

  1. les sons,les couleurs, les parfums ,le toucher chacun a ses références de bonheur ses repères suivant les moments de la journée ou de sa vie. Quelques fois la même chose est reçue différemment ,devient même insupportable.Il y a le bruit que l’on attend ,une couleur du ciel qui vous fait rêver,un parfum surprenant au détour d’un chemin,une main qui vous presse tendrement.La vie autour de soi :des fourmis aventureuses, un oiseau qui semble vous suivre par ses cris. Tout ce qui vous sort du monde trépidant,violent

    J'aime

  2. Ahah, j’étais sûre pour le linge et les pieds beaux et heureux !
    Pour la chèvre, je comprends tout à fait. Il m’arrive souvent de voir un beau pré d’une herbe bien verte qui franchement, a l’air tellement bonne que je jalouse les vaches potentielles qui pourraient la brouter. (on est pertubé, ou on ne l’est pas !)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s